Durant tout le mois d'avril,

en lien avec le film de Benjamin Serero

présenté vendredi 17 à 18h15,

 

exposition photographique de Philippe Bazin,

Faces

© Philippe Bazin

 

Philippe Bazin est médecin de formation. C'est au cours de ses visites que le rapprochement avec le visage de ses patients figés par l'auscultation au stéthoscope s'est imposé à lui comme présence et comme image. Alors qu'il intervenait dans une maison de retraite, la mort d'un patient dont il n'arrivait plus à mémoriser le visage fut le

déclencheur du passage à l'enregistrement photographique. Le cadrage de cette proximité avec la face et le visage augmentée de l'usage de la lumière du flash produit cet effet de présence radicale, d'auscultation éblouie de l'intimité d'autrui.

 

De la naissance à la mort, l'ambition du travail photographique de Bazin est universaliste dans sa volonté de montrer, à travers les visages des gens ressaisis dans différentes institutions, la condition des hommes contemporains. Si ce projet artistique se réfère évidemment à August Sander, il résulte aussi de lectures qui ont concerné entre autres Balzac, George Orwell, Fernand Deligny ou encore Michel Foucault.

 

L'institutionnalisation généralisée de tous les moments de l'existence a transformé la vie des hommes au vingtième siècle, créant après la seconde guerre mondiale une situation inédite. Le monde médical y a pris une part importante, faisant naître et mourir les gens à l'hôpital. Mais aussi la crèche, l'école, l'armée, l'usine, la prison, la maison de retraite, etc... semblent organiser un parcours où tous les moments de l'existence peuvent être pris en charge.

 

Ce travail photographique se veut donc critique de cette transformation, l'outil de cette critique passant par une forme extrêmement décidée comme le souligne Georges Didi-Huberman : "Si Philippe Bazin réussit à produire des images où le recadrage et l’attention portée sur le visage contestent bien l’encadrement institutionnel et l’anonymat des corps qu’il suppose, alors on peut dire que ses choix de cadre sont des choix politiques ». Ce projet artistique veut confronter le spectateur à l'Autre en réinscrivant son visage dans la mémoire collective alors qu'il est souvent oublié dans ses marges. Philippe Bazin cherche, dans un geste de résistance, à se ré-approprier la dimension solidaire d'une existence qu'on nous promet solitaire.

 

Citation : "Au regard politiquement éduqué, la photographie ouvre ce champ libre où toute intimité cède la place à l'éclairement des détails".

                              Walter Benjamin, Petite histoire de la photographie (1931)

 

© Philippe Bazin

retour à l'accueil                          retour à la page Doc, Doc, Doc 2020

Télécharger

le programme en cliquant ci-dessous


Classique sur grand écran

Salle classée

Art et essai

avec trois labels :

  Jeune Public

  Recherche découverte

  Patrimoine Répertoire

Salle associative

gérée et animée par

Villedieu-Cinéma

en partenariat avec

 avec le soutien de

 adhérant à